Le Rameau d'Olivier

Vous y trouvez les articles du mensuel de notre bulletin d'Eglise.
Suite :  Comment pouvons-nous manifester notre foi pendant Carême ?

Cette foi dont nous voulons témoigner s’appuie sur le don radical, et la gratuité tout aussi radicale, de la grâce. Cette foi affirme constamment que nous ne pouvons pas nous préparer à la grâce. Nous ne pouvons qu’en reconnaître la réception initiale. Notre foi affirme aussi qu’après cette première grâce (qu’on appelle le plus souvent conversion), nous vivons toujours de la grâce. Notre obéissance à Christ ne nous octroie jamais le moindre mérite en quoi que ce soit. Dans la vie chrétienne, il n’est pas question de mérites. Ce que Dieu donne dépasse toujours ce que nous aurions mérité, d’où la grâce constante de Dieu.

 

Carême et pénitence

Selon le catéchisme de l’Église catholique (L’Église s’unit chaque année par les quarante jours du Grand Carême au mystère de Jésus au désert) l’Église s’unirait à Christ et se prépare à cette union, ce qui reviendrait à donner à l’action humaine un poids trop important.

Mais l’union avec Christ nous est donnée, entière et une fois pour toutes. L’Église ne peut donc pas se préparer à l’union avec son Seigneur. Si l’Église est unie au Christ, c’est par son œuvre accomplie.

Par rapport à « faire pénitence » le code canonique de l’Église catholique dit, « Tous les fidèles, chacun à sa manière, sont obligés par la loi divine à faire pénitence. » C’est une période pendant laquelle le croyant se prépare à la communion au corps et au sang de Christ. Si Carême c’est une « pénitence », cela veut dire que « faire Carême » participe à la réparation des péchés commis.

 

Carême, c’est en partie se préparer à être digne du pardon de Dieu et de partager le corps et le sang de Christ. Cela pose problème.  Bien que la confession de nos péchés et la sanctification soient partie intégrante et nécessaire de notre vie chrétienne, rien dans nos actions ne participe à la réparation de nos péchés devant Dieu. Nous pouvons, par le pardon et la justice, faire réparation devant les autres (si nous avons volé, menti, etc). Mais il n’y a, devant Dieu, qu’une seule réparation : le pardon de Christ acquis pour nous. « Faire Carême » est donc associé à une compréhension catholique de notre union avec Christ et à l’acquisition du pardon. De plus, nous ne sommes jamais dignes, par nous-mêmes, du pardon et de la communion avec Christ. Tout cela est grâce pour nous.

 

Carême et témoignage

Même en tant que protestant évangélique, pour vous c’est une occasion de vous rapprocher de Dieu, venir en aide aux autres, essayer de s’écarter d’une mauvaise habitude. Parmi les réponses que vous pouvez trouver dans les sondages en ligne, la confession (à son prêtre) vient même en bas de liste. On pourrait dire que Carême n’est plus ce qu’il était !

 La plupart des nouvelles personnes qui viennent dans nos Eglises évangéliques sont issues du monde catholique – pratiquant ou non. Si nous leur proposons « Carême », que vont-ils comprendre ? Une nouvelle manière de se préparer à recevoir le salut ? Une nouvelle manière d’être dignes du pardon de Dieu ?

 

Comment présenter la grâce radicale du pardon de Dieu ? Pas facile, d’autant plus que nous devons manifester de cette grâce constamment : dans nos paroles, dans nos actions, dans nos symboles. Et celui de Carême pose problème.

 

D’autre part, Islam appuie fortement sur l’importance des œuvres humaines. Là aussi, « faire Carême » – que ce soit dans sa version catholique ou protestante – n’est-ce pas dresser un obstacle à la compréhension de la grâce ? En clair, même le Carême protestant peut être un obstacle à la bonne présentation de la radicalité de la grâce, surtout dans un contexte historiquement catholique comme celui de la France. Tout aussi compromise serait la présentation de la grâce pour nos voisins musulmans.

 

Tout au long de cette année, continuons à nous poser la question de la clarté de notre témoignage dans tout ce que nous faisons. Y compris dans nos rencontres d’Eglise.

Yannick Imbert (texte adapté)

© 2015 par Eglise Réformée Evangélique de Berre Marignane Vitrolles. Proudly created with Wix.com

  • facebook-square
  • Twitter Square
  • Google Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now